Les 12èmes rencontres de la Fédération Française de Sophrologie (FFDS)

Thème des 12èmes RENCONTRES de la FFDS : L’ENERGIE

26-27-28 mars 2010 - à Grans (13) (près de Salon de Provence)


Vendredi 26: co-vision avec Thierry Loussouarn et Dominique-Marie Périnet
Samedi 27 : 1. Sophrologie et entreprise. 2. PNL

Assemblée Générale de la FFDS : le samedi 27 à 17H30

Dimanche 28 : 1. La sophrologie pour les enfants. 2. Les états limites

LIEU :

Le Domaine de Petite, Grans (13)

COÛT STAGE :

110 euros pour 1, 2 ou 3 journées (la journée de co-vision est gratuite)

HORAIRES :

Horaires 1ère journée (26 mars): 9H30 – 12H30 et 14H30 17H30

Horaires 2ème journée (27 mars) : 9H00 – 12H15 et 14H00 – 17H15

Assemblée Générale de la FFDS (27 mars) + Apéritif: 17H30 - 19H30 (tous les adhérents sont conviés à l’AG)

Horaires 3ème journée (28 mars) : 9H00 – 12H15 et 13H45 – 17H00


Programme 1ère journée Co-vision :

Echanges autour de la pratique de la sophrologie (groupes et entretiens individuels)

Programme 2ème journée (matin): « SOPHROLOGIE & ENTREPRISE» avec Chrystelle GIRARD RINALDINI, Consultante/ Sophrologue & Sophro-analyste

I/Identifier et analyser une demande entreprise

Les différents types de demande entreprise et les formes de réponses possibles.

II/Répondre à une demande entreprise

Concevoir la réponse formation en fonction de la demande client

Réaliser la proposition formation (les incontournables)

Les outils clés en sophrologie à adapter en entreprise

Animer la formation et gérer le groupe

Principes & modalités d’animation

Difficultés les plus courantes.

III/Suivre et pérenniser une demande entreprise.

Facturer la prestation

Connaître les prix moyen de facturation selon les types d’animation et les modalités de règlement

Suivre l’action

Suivi des stagiaires

Suivi commercial

Programme 2ème journée (après-midi) : Approfondir les techniques de la PNL avec Sophie Rabito

Les objectifs :

  • Pour mieux communiquer et acquérir une souplesse de comportement
  • Pour opérer un changement sur soi
  • Pour conduire efficacement des techniques de changement dans le cadre d'une relation d'aide dans le respect des valeurs de chacun.

Le programme :

La PNL a codifié un certain nombre de modèles (ou schémas structurels) pour décrire la complexité humaine

Voici quelques thèmes qui seront abordés et qui correspondent à la mise en pratique de nouveaux outils efficaces suite à ma formation de technicien par ‘’Formation Evolution et Synergie’’ en Avignon.

Ce que le mot veut dire : PNL

Les présupposés qui lui servent d’hypothèses de travail

Les 5 principes de base de la PNL

Le fonctionnement d’une intervention en PNL ou l’escargot du changement

Les prédicats et le Méta-modèle linguistique

L’arbre de la PNLQuestionner E.P/E.D/ECOLOGIE pour établir un objectif, un but, une finalité

Comment améliorer l’efficacité des ancrages de ressources (CE/PI/EI)

Le cercle d’excellence

Techniques de changement : la stratégie de la motivation pour changer des comportements ...

Et encore des SURPRISES car la formation de praticien se termine en février 2010

Pédagogie :

J’ai l’intention de la baser sur une alternance de présentations théoriques avec des photocopies et de démonstrations ou exercices pratiques pour mieux intégrer et partager le feed-back.

Programme 3ème journée : Dimanche matin, Malvina Girard

« La sophrologie, c’est vraiment un truc super pour les enfants. Dis-moi, Malvina, ça existe aussi pour les grands. »

Travailler avec les enfants c’est un vrai plaisir et faire de la sophrologie avec eux, une vraie passion. Tous les jours, je découvre combien cela leur correspond, à tel point que certains pensent que ça n’existe que pour eux.

C’est tout d’abord par les exercices dynamiques, par des jeux d’équilibre, de contraction - relâchement, par l’observation des sensations qui s’expriment, par la découverte de son anatomie pour comprendre son corps que l’enfant va découvrir, redécouvrir et renforcer son schéma corporel.
C’est ensuite par la respiration qu’il va pouvoir apprendre à évacuer, à libérer ses émotions qu’il a si souvent du mal à exprimer par les mots.

Ce sont enfin, par la relaxation et les activations qu’il va prendre conscience positivement de son corps et de ses sentiments, relâcher en toute confiance et réveiller ses potentialités, ses ressources enfouies, en créer de nouvelles et ainsi se construire avec une nouvelle image, une image pleine de confiance et d’estime : c’est le « tout est possible » si cher à la sophrologie.

C’est en passant par l’ici et maintenant, par ce qu’il vit, découvre et l’amuse au fur et à mesure des séances qu’il pourra se projeter plus positivement dans l’avenir avec une image de lui plus positive et l’amener progressivement à l’autonomie :

- Le laisser choisir les exercices (les jeux) qu’il aime, accepter le refus de certains exercices, l’amener à inventer les siens en toute conscience (les muscles nécessaires à la position choisie, les sensations qui sont là…), les effectuer avec lui, lui prouvent la confiance qu’on a en lui, l’encouragent et le valorisent.

- Lui proposer régulièrement de mener la séance avec ce qu’il a appris, lui permet de s’approprier efficacement les outils proposés.

C’est l’amener à prendre conscience que tel ou tel jeu lui plaît, pourquoi il l’apprécie, en quoi il lui fait du bien, l’apaise pour lui permettre ainsi de le réutiliser dans son quotidien : QUAND IL EN A BESOIN. C’est lui apprendre tout simplement à repérer ses besoins, les exprimer et y répondre.
Et c’est précisément le souvenir de tel ou tel exercice, d’un enchaînement particulier, personnel, ce souvenir vécu à différents moments qui lui permettra de répondre a ses besoins futurs :
« Car derrière chaque tension il y a une frustration (tonus d’appel ou tonus de défense), derrière chaque frustration il y a une attente non satisfaite, derrière chaque attente il y a un manque, derrière chaque manque il y a un besoin. » Jean-François FORTUNA.
Cette évolution va se faire progressivement car il y a des résistances, des aménagements, des phénomènes régressifs, il faut de la patience, de l’écoute, de l’attention. Il faut lui laisser le temps de franchir ces étapes à son rythme avec sa conscience, là où il en est à ce moment présent. Etre convaincu que l’intégration va s’effectuer petit à petit quand il sera PRET (d’où l’importance de la répétition de peu d’exercices qu’il affectionne plus particulièrement, on les reprend systématiquement séance après séance en lui proposant quelques nouveaux).
Chaque fois, c’est un pas supplémentaire qu’il fait en toute confiance vers l’autonomie.
Chaque situation nouvelle peut faire peur et chaque vécu peut parfois déclencher une mini crise. La libération implique un changement dans la façon de se situer par rapport aux autres, une modification dans le comportement. Il faut choisir. Or, choisir implique de renoncer, continuer comme avant ou abandonner d’anciennes habitudes (de se comporter, de penser, d’être…), ce qui parfois peut-être source de culpabilité (avec sentiments de perte, solitude, et tristesse si non exprimés) ou de peur (peur de l’inconnu, peur de ne pas y arriver…). C’est tout un travail de deuil, qu’il faut accompagner dont il faut respecter les étapes nécessaires. Prendre son temps pour lui laisser le temps tout en le rassurant (ainsi que les parents), d’exprimer à sa manière, qu’elle soit corporelle ou verbale, tout ce qu’il vit, légitimant ainsi ses sentiments.
Et c’est toute notre capacité à lui faire confiance, à l’encourager dans la bienveillance, à nous faire confiance, qui renforceront l’alliance, la confiance qu’il a en nous, en lui, en celle des autres et en la vie. Pour un jour le voir franchir notre porte plein d’assurance.
C’est donc à travers la sophrologie que j’accompagne ces enfants sur ce chemin, une expérience qui chaque jour m’enrichit et sur laquelle j’aurais le plaisir d’échanger avec ceux qui le souhaitent lors des prochaines rencontres de la Fédération.

 


Dimanche après-midi : Martine Massacrier.

1) L'évolution du psychisme la 1° année de la vie :

- la dyade mère-enfant et l'état de fusion originaire où l'enfant ne se sent pas séparé du monde qui l'entoure, est son propre univers, le narcissisme absolu et le sentiment de toute puissance qui en découle

- la prise de conscience de l'existence de l'autre, différent de soi et par là même de soi comme individu séparé.

- le deuil originaire, modèle de toutes les séparations à venir.

- l'angoisse de séparation

- la fixation des états limites à cette période archaïque de la vie : ayant dépassé le stade à proprement parler fusionnel, ils ont échappé à la psychose, mais ont "buté" sur la séparation susceptible de les mener à s'individualiser totalement. Si le développement suit apparemment son cours de manière normale, ils resteront des "enfants dans un corps d'adulte" avec la prédominance d'une très forte immaturité affective et des mécanismes de défense très archaïques, datant de cette première année de vie.

2) Symptomatologie des états-limites:

- Des mécanismes de défense archaïques qui gèrent un rapport au réel inadapté : clivage, déni, projection, identification projective, idéalisation primitive.

- L'angoisse de dépendance en conflit avec une forte propension à rechercher les relations de dépendance

- Le manque de contrôle pulsionnel, les compulsions, les addictions

- Des relations anaclitiques qui prennent l'autre comme support, l'autre étant en quelque sorte leur "colonne vertébrale" (l'autre pouvant être un individu, un toxique, une idéologie, etc...)

- Une pathologie du narcissisme avec une estime de soi extrêmement faible

- Un Idéal du Moi démesuré auquel ils se mesurent et qui aggrave encore le déficit de leur estime d'eux-mêmes

- Des limites floues entre dedans/dehors, moi/l'autre, réel/imaginaire.

- L'abandonnisme

- La dépression, une épée de Damoclès au dessus de leur tête

- L'incapacité à élaborer leurs conflits, à prendre conscience de leurs émotions, ressenties comme des vagues malaises, des tensions, un sentiment de vide intérieur.

- L'évacuation de ces tensions non élaborées dans des passages à l'acte compulsifs.

- Une absence de culpabilité, mais une forte propension à la honte sociale parfois génératrice de phobies

- Le conflit angoisse d'abandon/angoisse d'intrusion et l'impossibilité de trouver la bonne distance relationnelle

- Le "faux self" ou personnalité "as if" : une apparente hyperadaptation de surface, un masque qui cache la réelle faiblesse du moi et trompe bien des thérapeutes !

3) La relation thérapeutique prise comme théâtre d'une pathologie impossible à élaborer qui se rejoue dans l'agir sur le thérapeute.

- la distance relationnelle : ni trop près ni trop loin pour éviter de réveiller les angoisses.

- L'écueil d'une relation qui ne touche que la surface de la personne sans accès à son Moi réel

- Les ressentis du thérapeute face à ces patients déconcertants sur qui rien ne semble avoir de prise.

- Nécessité et impasse du rôle maternel

- L'agir comme moyen d'expression

- La nécessité d'être un réceptacle pour les émotions du patient, et les lui restituer élaborées.

- La rage narcissique.


Réservation :

Faites-nous parvenir un chèque de 50 euros libellé au nom de la FFDS; il ne sera encaissé qu’en mars 2010.

Dans le prochain numéro de ‘Sophrologie et Conscience’, vous trouverez une fiche de réservation pour l’hébergement et/ou les repas. Voir plus bas les tarifs du Domaine de Petite.

 


 

Inscription

TARIFS Domaine de PETITE à Grans

Les tarifs sont susceptibles d’être réévalués en janvier.

Avec hébergement    
 
1 personne par chambre
2 personnes par chambre
Pension complète
(1 nuit + petit déjeuner et 2 repas)
   
Lavabo
Douche
Douche - WC
44
51,50
54
39
45
47
     
Sans hébergement    
Déjeuner: 12,90    
Dîner: 12,30    
     
Suppléments    
Draps: 4
Serviettes de toilettes : 2,50
Vous pouvez emporter vos draps et serviettes.
<br/>